Archives de tags | hypoglycémie

Être sur ses gardes…

Lorsqu’un enfant est malade, par exemple lorsqu’il vomit, on le rassure, on le nettoie, et s’il se sent assez bien on l’envoie s’étendre, ou se recoucher avec une chaudière, un bisou sur le front et on lui dit de venir nous retrouver s’il y a quoi que ce soit.

Mais avec le diabète, ça prend une toute autre tournure. Il faut être sur ses gardes, 24h/24, 7 jours sur 7, 365 jours par année. Nous sommes à l’affût…

Que fait-on lorsque notre enfant vomit tout son repas, et qu’il lui reste près de 2 unités d’insuline active dans le corps? On arrête la pompe? Oui mais… le bolus d’insuline est déjà injecté. Pas trop mal quand l’enfant est capable d’avoir une tartine ou de prendre un peu de jus. Mais le stress reste présent, on sait déjà qu’on va passer une nuit terrible (enfant comme parent).

Mais c’est ça notre job de parent… Lui apprendre les belles choses de la vie, mais surtout en prendre soin, dans les bons comme dans les moins bons moments.

Je t’aime ma belle Laurie, maman veille sur toi xxx

Arggg…

Après un bel après-midi, ponctué par des blessures de guerre (Laurie a choisi ce moment pour passer par-dessus la glissoire alors que Leo glissait rapidement derrière elle; une petite visite à l’hôpital lundi soir pour des gros maux de dos s’est imposée), nous avons eu droit vendredi à minuit à un 19.5. Probablement la douleur qui a causé cette hausse car après, les belles glycémies et voilà que Laurie cumule les hypos au dîner et au souper! Et on recommence la ronde des changements de dose d’insuline, à la baisse cette fois!

Est-ce parce qu’elle fait plus d’activités physiques cette semaine? Pourtant hier, avec un mal de dos lancinant elle a choisi de rester à la maison avec papa au lieu d’aller se baigner… Elle s’est bien reprise aujourd’hui par contre! Nous avons bien tenté de diminuer la dose au dîner en ayant en tête la piscine de cet après-midi, ajouter une collation à 16h, pour terminer avec une belle hypo au souper, de toute façon.

Ben coudonc! On verra ce que l’avenir nous réserve!

Célyne 🙂

Le verre à moitié plein

Lorsqu’on a appris que Laurie était diabétique de type 1, ça a été comme une onde de choc. Ça été difficile, et ce l’est encore par moment. Pour ma part, j’ai beaucoup pleuré, en voiture, seule, alors que tout allait bien, les larmes venaient sans que je puisse faire quoi que ce soit. Pour papa, c’était la colère, tout simplement. Pour Leo, bien qu’on puisse penser qu’il ne comprend pas bien la maladie et ses conséquences, on peut déceler une certaine inquiétude envers sa soeur.

Mais encore… plus difficile pour Laurie, bien sûr, car c’est elle qui subit les contre-coups de la maladie; un moment elle se sent bien, et l’autre elle se sent très mal. C’est aussi elle qui doit interrompre ses activités parce qu’elle est en hypo par exemple. Comme hier, alors qu’elle avait fait 45 minutes de son cours de natation, et où elle s’était donnée à fond dans les longueurs: elle arrive au bout de la piscine où j’étais assise, et me lance qu’elle ne sent pas très bien. Ça n’a pas pris ni une ni deux, que je lui ai intimé de sortir de la piscine tout de suite pour un test. Résultat: 4.2. On a traité comme une hypo puisque toutes les conditions étaient présentes pour que ça continue à descendre. Après une hypo, il faut retester après 15 minutes. Laurie a donc dû terminer son cours avant la fin (quelle déception de ne pas pouvoir faire la partie plongeon!).

En même temps, comme nous avons décidé que le diabète ne l’empêcherait pas de vivre, et qu’il est de notre devoir de lui faire voir le verre à moitié plein, je ne peux m’empêcher d’avoir été très heureuse de voir que malgré l’activité physique intense en cours, Laurie a senti ses symptômes d’hypoglycémie.Effectivement, on a appris récemment que la montée d’adrénaline lors d’exercice physique empêche de sentir les symptômes d’hypo. Arrêtez un cours quelques minutes avant la fin est certes décevant, mais on a choisi de voir cela comme une victoire dans la bataille de Laurie contre le DT1.

Pensez-y la prochaine fois que vous verrez un obstacle se dresser sur votre route…

Célyne 🙂