Archive | août 2013

La rentrée, synonyme de grand stress?

On ne peut ignorer que lorsqu’on a un enfant diabétique, la rentrée représente un défi supplémentaire. En plus de préparer les effets scolaires, on se voit de faire un saut à la pharmacie, s’assurer que l’école a tout ce qu’il faut pour parer à toute éventualité. Dans notre cas, l’école garde précieusement un stylo injecteur en surplus dans la salle des profs, un glucomètre d’urgence, des Dex4 en quantité industrielle dans la classe, des petits jus au secrétariat… Laurie apporte deux collations en tout temps, une le matin, une l’après-midi, son glucomètre, des Dex4 dans son sac et son insuline tous les matins. Pas question d’oublier quoi que ce soit. Papa prépare le tout, maman vérifie une 2e fois! On sait d’ores et déjà que le branchement de la pompe apportera également son lot de fournitures à garder à l’école en tout temps.

En plus de tout ce qu’il faut préparer, plusieurs vivent un grand stress, que ce soit par manque de compréhension de l’école, parce que c’est la rentrée à la maternelle et donc tout nouveau. Les parents vivent un stress, les enfants aussi sûrement. Pourtant je dois dire que pour ma part, l’École des Petits-Explorateurs de Longueuil est tellement une école fantastique que je n’ai que très peu d’appréhension. Laurie entre en 4e année, elle fait ses injections elle-même à l’école sous supervision de son enseignante et comme ce sont des classes par cycle, Laurie a la même enseignante que l’année dernière, ce qui nous facilite les choses également. Cette semaine, Laurie a seulement trois avant-midis de classe et j’irai faire un tour vendredi matin dès 9h30 afin d’expliquer un peu la maladie aux enfants de 3e année dans sa classe. C’est un travail d’équipe et Laurie sait qu’elle peut compter sur chacun de ses camarades pour lui rappeler à l’occasion sa collation lorsqu’elle est concentrée dans son travail, ou encore reconnaître des symptômes d’hypoglycémie.

Sinon, les doses d’insuline dégringolent et on ajuste au fur et à mesure…

Et vous, comment ça se passe? Est-ce que vos écoles sont compréhensives? Ou au contraire il faut vous battre avec la direction, l’enseignant ou encore le service de garde?

Célyne 🙂

Grand parleur, petit faiseur!

Combien de fois ai-je entendu cette expression?

Je ne sais pas qui a dit ça mais Gandhi, pour sa part, a dit: « Le bonheur c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles ».

Benjamin Franklin lui disait: « Si vous voulez récolter les louanges, vous devez semer les graines. Mots gentils et actes utiles ».

Une autre citation intéressante est celle-ci de Gustave Le Bon: « Nos actes ne sont éphémères qu’en apparence. Leurs répercussions se prolongent parfois pendant des siècles. La vie du présent tisse celle de l’avenir ».

Ces expressions décrivent bien à quel point nos actes doivent suivre nos paroles. Depuis le diagnostique de Laurie en mars 2012, je me suis évertuée à dire que je désire plus que tout lui insuffler du courage; le courage de voir en chaque nouveau défi une façon de se surpasser et de dépasser ses limites. Il n’y a aucune barrière sauf celles que l’on érige autour de nous. Tout le monde le dit dans les émissions que l’on écoute en famille (Qui perd gagne, Extreme Weight Loss et Le Parcours). Facile à dire…

Laurie vous a raconté début août combien elle était heureuse que je l’autorise enfin à faire le Goliath à La Ronde. J’avais mes raisons pourquoi je ne désirais aucunement qu’elle monte à bord de ce manège fou. En 2010, nous sommes allés à Canada’s Wonderland en famille et comme je suis une adepte des sensations fortes, j’ai monté à bord du Behemoth avec mon mari. Pas trop confortable avec mes petites rondeurs, l’opérateur du manège a même dû pousser très fort sur le harnais pour finalement dire qu’il était bien ancré. Je suis restée sur l’impression que ce ne l’était pas. Ce manège donne littéralement la sensation de voler comme Superman, en nous levant du siège…

Patrick et moi à bord du manège fou!

Patrick et moi à bord du manège fou!

Pas fort comme sensation lorsque tu crois que ton harnais n’est pas ancré comme il se doit. Je suis sortie du manège, avec des larmes coulant sur mes joues sans le vouloir, j’ai pensé mourir là-dedans. C’est une sensation que vous avez déjà vécu? Voilà pourquoi je ne désirais pas que Laurie fasse cette expérience, elle avec ses petites jambes, je croyais bien qu’elle s’envolerait, tout simplement. C’est tout dire, j’ai écrit en juillet 2010 sur ma page Facebook personnelle « I’d prefer die than riding this one again! »

À La Ronde, il y a le Goliath. C’est le même manège… même fabricant, même dispositif de sécurité, tout. En plus petit un petit peu, mais entre vous et moi, entre 110km/h et 125km/h, ou encore 53m ou 70m de hauteur…  C’est la même affaire! Pas question que je monte à nouveau à bord du manège fou! J’ai pleuré quand Laurie est passée devant moi à bord du manège! J’ai des témoins!

Mais hier j’ai eu un déclic… C’était le temps ou jamais pour moi de faire plaisir à ma fille, tout en lui prêchant par l’exemple en passant par-dessus ma peur. Et je l’ai fait… Vais-je le refaire de nouveau? Je ne pense pas… Mais je l’ai fait!

J’ai dit à Laurie que nous aimerions retourner à Canada’s Wonderland l’an prochain. Elle m’a demandé si j’allais faire le Leviathan! 😉 À SUIVRE…

Célyne 🙂

 

Pour en savoir plus sur le Goliath: http://www.laronde.com/larondefr/ride_detail.asp?ride=51
Pour en savoir plus sur le Behemoth: https://www.canadaswonderland.com/rides/Thrill-Rides/Behemoth
Pour en savoir plus sur le Leviathan: https://www.canadaswonderland.com/rides/Thrill-Rides/Leviathan
Pour en savoir plus sur le fabricant Bolliger & Mabillard: http://www.bolliger-mabillard.com/index_en.aspx

 

 

 

 

Ajustements en vue?

Est-ce que la ronde des doses qui diminuent se fait sentir chez vous à l’approche de l’année scolaire qui débute sous peu?

Est-ce que vos cheveux sont déjà en train de ressembler à cela?

Gorille avec cheveux dressés sur la têtePour notre part, nous venons d’ajuster la Novorapid à la baisse d’une unité au dîner, seulement parce que Laurie semble un peu plus énervée ces jours-ci et ça transparaît sur les glycémies du souper (4.6-4.7 + hypo) ou pire hypo avant même de prendre la collation de l’après-midi.

Je suis également certaine que nous devrons diminuer la Lantus de une ou même deux unités le soir avant le retour à l’école pour éviter les hypos, de jour … Et de nuit!

Comment ça se passe chez vous? Vos enfants ont-ils hâte de retrouver leurs copains? Quand est la rentrée? Ici la rentrée est le 28 août pour tous, mais après mon petit Leo aura une rentrée progressive à la maternelle alors que Laurie y sera toute la journée.

Bonne rentrée!!!

Demain c’est la glyquée… et Laurie et moi on s’en balance!!!

Déjà un autre rendez-vous chez l’endocrinologue demain et qui dit rendez-vous trimestriel dit hémoglobine glyquée.

Qu’est-ce que l’hémoglobine glyquée?

C’est un test sanguin qui ne demande qu’une petite goutte de sang, tout comme lorsque Laurie prend sa glycémie, mais qui évalue la glycémie moyenne au cours des 3 derniers mois. On retrouve ainsi un chiffre en %, et la cible de Laurie est de 7,5% pour le moment. Ce chiffre indique si le traitement fonctionne bien en général, et permet d’anticiper les complications à long terme.

Vous vous demandez pourquoi on s’en balance?

Parce que pour une fois, nous savons Laurie et moi que l’on a fait tout notre possible depuis le dernier rendez-vous avec le médecin. En effet, depuis le 28 mai dernier, il y a eu: la fin des classes avec les activités de tout genre, deux virus occasionnant des rash sur le corps, dont un très virulent, le camp Carowanis, beaucoup de piscine, de soleil, d’activités extrême ou non, La Ronde, les hormones (on croit bien) qui ont décidé de s’y mettre d’aplomb au retour du camp. Malgré tout, nous avons réussi haut la main à revenir à des glycémies tout à fait acceptables depuis les deux dernières semaines, même si depuis hier, Monsieur D semble vouloir nous jouer à nouveau des tours.

Voilà pourquoi on s’en balance, car d’une manière ou d’une autre, Laurie est une championne et je me considère pas mal non plus!

Qu’en dites-vous?

Célyne 🙂

 

Ruban bleu #1

Et vlan!!

Alors que le diabète nous a laissé souffler pendant une belle semaine, avec des glycémies plus que potables, et voilà que ce matin, un 16 sort de nulle part avec un peu de cétones. C’est drôle, comme Laurie m’indiquait hier soir qu’elle sentait ses ganglions enflés et qu’elle avait toussé une fois en journée comme si elle allait avoir un rhume/mal de gorge. En connaissez-vous beaucoup des enfants qui se préoccupent de leurs ganglions vous? Ou même des enfants qui savent c’est quoi des ganglions?

Célyne 😉

Libre de faire ce que je veux…

Quelle meilleure expression pour démontrer à quel point la maladie n’est pas prêt de l’arrêter?

Laurie et moi venons de rencontrer Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge dans le cadre du lancement de leur collection de vêtements nommée Voltige (telle l’entreprise de parachûtisme) à L’Aubainerie de Greenfield Park. Alors que j’étais très heureuse de rencontrer Guillaume, Laurie pour sa part a choisi un chandail comportant cette belle expression: « Libre de faire ce que je veux ». Pleine de sens pour ma grande et pour nous puisqu’elle ne cesse de jeter les barrières par terre et de foncer dans la vie. Bien sûr nous rencontrons des embûches de toutes sortes depuis le diagnostique le 10 mars 2012, mais somme toute, Laurie a su faire preuve de volonté: elle apprend beaucoup, prend part à 100% dans son traitement, que ce soit le plan alimentaire ou bien l’insulinothérapie ou encore par le sport où elle peut se dépenser autant qu’elle veut avec les ajustements requis.

Je m’efforce de transmettre de bonnes valeurs à mes enfants. Dans le cas de Laurie, elle a déjà compris que lorsqu’une porte se ferme, on passe par la fenêtre!

En attendant sa prochaine aventure, je vous laisse sur cette belle photo.

Laurie

Laurie en compagnie de Mariloup et Guillaume, 8 août 2013 à L’Aubainerie de Greenfield Park

Toute une aventure!

Encore une fois hier à La Ronde, il m’est arrivé toute une aventure. Après une belle journée ensoleillée, à faire les manèges avec ma meilleure amie Sara-Aurélie, maman m’a enfin permis de faire le Goliath. J’étais stressée et nerveuse premièrement parce que la première pente est un peu épeurante (52m) et juste en regardant ça avait l’air pas mal vite mais d’habitude j’aime les gros manèges qui vont vite. Finalement j’ai adoré ça et je l’ai refait une deuxième fois. Maintenant je rêve juste de le refaire encore et encore. Maman me trouve un peu folle d’avoir aimé ça car elle a fait le même manège à Canada’s Wonderland, en plus gros, le Behemoth. Moi j’aimerais faire celui-là aussi.

Mais le pire, c’est que pendant que je faisais le Boomerang avec maman, on est resté prises au bout du manège, complètement en haut pendant au moins 10 grosses minutes. J’ai vraiment pas aimé ça, pis en plus ça faisait 2 jours de suite que j’étais prise dans un manège. Ça m’a fait penser à l’autre jour quand j’ai été prise dans un manège d’enfant avec maman et des amies. J’espère que ça n’arrivera plus. Mais ça ne m’a pas empêcher de refaire le Goliath après.

Maman est découragée parce que j’aime les sensations fortes.

Revenez lire mes folles aventures.

Laurie 🙂